HOK solo pour ensemble

Chorégraphie : Alban Richard
Musique : Louis Andriessen

Créé le 5 mars 2015 à l’Opéra National de Lorraine

Conception – Chorégraphie : Alban Richard
Assistant chorégraphique : Max Fossati
Musique : Hoketus, Louis Andriessen 
Lumières : Valérie Sigward
Costumes : Corine Petitpierre
Répétiteur : Thomas Caley et Valérie Ferrando

Coproduction Théâtre National de Chaillot

25 MINUTES 
12 DANSEURS

HOK solo pour ensemble est une chorégraphie construite en relation à la partition d’Hoketus de Louis Andriessen.
Energique, brutale et hypnotique, la musique d’Hoketus semble prendre ses sources dans le hard rock et les œuvres de Stravinsky. Louis Andriessen parle d'Hoketus comme d'une gigantesque et dansante machine humaine. Deux ensembles identiques de musiciens se confrontent de part et d’autres de la scène à partir de la technique musicale médiévale du hoquet. Le mot "hoquet" est apparu au début du XIVe siècle, d'après l'onomatopée "hok", exprimant un bruit de coup. Le terme signifiait d'abord un choc ou un heurt. La pulsation et les rythmes mis en jeu font de cette partition de musique minimaliste une œuvre fascinante.
Alban Richard, artiste en résidence au Théâtre National de Chaillot, a su dès ses premières pièces pétrir les corps pour en faire gonfler et croiser les strates, éclater les bulles, saillir les rythmes.
Pour sa création au CCN – Ballet de Lorraine, il crée un solo pour ensemble. C'est ainsi la masse du ballet qui forme un corps unique et polymorphe. En porosité avec la musique de Louis Andriessen, HOK solo pour ensemble est une pièce dotée d’une forte énergie, où le rythme se propage de corps en corps.

Alban Richard

Parallèlement à des études musicales et littéraires Alban Richard rencontre la danse contemporaine. Il sera interprète entre autre pour Odile Duboc, Christine Gaigg, Olga de Soto et Rosalind Crisp.
Il fonde l’ensemble l’Abrupt en 2000 et crée un répertoire d’une vingtaine d’œuvres. Son écriture est processuelle, tramée de plusieurs partitions – pour la danse, la musique, la lumière et les costumes. Depuis sa création, l’ensemble l’Abrupt a été en résidence au Théâtre de Vanves, au Centre National de la Danse de Pantin, au Forum du Blanc-Mesnil, au Théâtre Louis Aragon de Tremblay-en-France, à la Scène Nationale d’Orléans, au Prisme centre de développement artistique de Saint-Quentin-en- Yvelines, au Théâtre National de Chaillot, au Théâtre Paul Eluard (tpe) à Bezons puis au Théâtre 71, scène nationale de Malakoff.

En lien avec le monde musical, il collabore avec l’ensemble Alla francesca, les Talens Lyriques, les Percussions de Strasbourg, les ensembles Instant Donné, Alternance, l’IRCAM, et les compositeurs Laurent Perrier, Raphaël Cendo, Jérôme Combier, Robin Leduc...
Alban Richard est également un artiste de commandes. Depuis quelques années des installations- performances ont été déposées à Grande Plage, au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, au Musée du Louvre, au Musée du Quai Branly, au Musée Guimet, à la Abu Dhabi Art Fair...

Il s’entoure de collaborateurs fidèles : Nathalie Schulmann, spécialiste en analyse fonctionnelle du corps dans le mouvement dansé, Valérie Sigward, auteure et créatrice lumière, Corinne Petitpierre plasticienne et créatrice costumes, Félix Perdreau ingénieur son, et d’une équipe d’interprètes certains présents depuis plus de 15 ans. Il intègre régulièrement à son travail de nouveaux artistes pour dynamiter les habitudes.

En septembre 2015, Alban Richard prend la direction du centre chorégraphique national de Caen en Normandie.