For Four Walls

Chorégraphie : Petter Jacobsson et Thomas Caley
Musique : John Cage (Four Walls, 1er Mouvement)
Dans le cadre du centenaire de la naissance de Merce Cunningham.

©Arno Paul

Première le 23 mai 2019 à l'Opéra national de Lorraine.

Chorégraphie : Petter Jacobsson et Thomas Caley
Musique : John Cage (Four Walls, 1er Mouvement)
Pianiste : Vanessa Wagner
Scénographie et costumes : Petter Jacobsson et Thomas Caley
Lumières : Eric Wurtz

Jeudi 23 mai 2019 à 20h
Vendredi 24 mai 2019 à 20h
Dimanche 26 mai 2019 à 15h

35 MINUTES
24 DANSEURS

À l’Opéra national de Lorraine
Tarif A

Dans le cadre du centenaire de la naissance de Merce Cunningham.

« Nous avons choisi de célébrer le centenaire de la naissance de Merce Cunningham avec For Four Walls, dont la musique sera interprétée en direct par la pianiste Vanessa Wagner. La première aura lieu le 23 mai 2019 à l’Opéra national de Lorraine à Nancy. La pièce originale, Four Walls, était une création dramatico-chorégraphique sur un texte et une chorégraphie de Merce Cunningham, et une musique pour piano seul de John Cage. Après la première et unique performance en 1944, elle a été perdue et oubliée, jusqu’à ce qu’à la fin des années 1970, le pianiste Richard Bunger redécouvre la partition parmi les manuscrits de Cage. Aux dires du compositeur lui-même, cet ouvrage pour piano et voix seule, rappelle voire préfigure la musique de Philip Glass et Steve Reich – « c’est plein de passages répétés, tout est écrit pour les notes blanches du piano, c’est en sol majeur et la musique ne s’arrête jamais ».

La structure du morceau repose sur des contrastes : fort et doux, haut et bas, etc. avec une tension psychologique assez inhabituelle pour Cage. En réécoutant sa propre partition, il la trouva plutôt intéressante – une vrai pépite dont il fut le premier surpris d’apprendre qu’il en était le compositeur ! Alors que les deux artistes commencent à peine leur collaboration, la musique comme le peu que nous savons de la danse et de la scénographie apparaissent vraiment comme des prémices de ce que nous identifions aujourd’hui comme emblématique du travail du duo Cunningham/Cage. C’est une pièce de jeunesse, pleine d’émotions contraires et très intimes.

Notre relecture de la création originale s’intéresse particulièrement à cette notion de pré-période « Cage/Cunningham », tout en l’envisageant à la lumière de ce qu’ils nous ont laissé. For Four Walls est un « wanderlust » à travers une pièce, l’individu, et l’histoire que nous partageons. La « pièce » est un espace entouré de miroirs qui donne l’impression d’être délimitée ou non de murs selon les moments. Définissant l’infini, passant à travers lui, ou se voulant comme un espace réflectif – un endroit pour se souvenir que nous appartenons à ces espaces interconnectés et à leurs temporalités. Nous l’imaginons comme un non-espace, perpétuellement vulnérable et en mouvement ; dans lequel les distances sont relatives et les relations humaines toujours en flux.

Nous n’envisageons pas For Four Walls comme une recréation de la pièce originale perdue, mais plutôt comme une réfraction en lien avec son histoire et notre histoire avec Merce. »

Petter Jacobsson et Thomas Caley

 

 

Petter Jacobsson et Thomas Caley

Une équipe créative

Né à Stockholm, Petter Jacobsson commence la danse dès l’âge de trois ans et poursuit ses études à l’École du Ballet Royal de Suède. Il est ensuite diplômé de l’Académie Vaganova à St. Petersburg en 1982. Danseur Etoile au Sadler’s Wells Royal Ballet à Londres de 1984 à 1993, il voyage à travers le monde aussi bien en dansant les grands rôles classiques, qu’en se produisant en tant qu’artiste invité avec de nombreuses compagnies internationales. En 1993, il s’installe à New York où il commence une carrière de danseur indépendant en travaillant avec Twyla Tharp, Merce Cunningham au sein de son Repertory Group, Irene Hultman et Deborah Hay.

Le chorégraphe/danseur Thomas Caley est né aux Etats-Unis. En 1992 il reçoit une licence en Beaux arts au Purchase College de New York. Entre 1994 et 2000, il travaille en tant que premier danseur avec la Merce Cunningham Dance Company. En 2000, il s’installe à Stockholm afin de poursuivre sa collaboration avec Petter Jacobsson et débute une carrière de danseur freelance en Europe. Il a ainsi travaillé en France avec Boris Charmatz pour le projet flip book. Depuis 2011, Thomas Caley est coordinateur de recherche au CCN — Ballet de Lorraine.

Au milieu des années 90, Petter et Thomas commencent à travailler comme équipe créative, en chorégraphiant des pièces pour Martha@Mother, le Joyce Soho à New York et l’opéra Staden à l’Opéra Royal de Suède - Stockholm, dans le cadre de Stockholm, capitale européenne de la Culture, en 1998.

En 1999, lorsque Petter est nommé directeur artistique du Ballet Royal de Suède à Stockholm, ils s’installent en Europe pour poursuivre leur collaboration artistique. Une réalisation exceptionnelle de leur travail pour le Ballet Royal de Suède consiste alors à créer deux immenses happenings, Dans Les Coins et recoins 2000 et 2001. Le projet intègre le Ballet Royal, l’Opéra et l’Orchestre, ainsi que des artistes indépendants dans des espaces inhabituels de cette institution, utilisés exceptionnellement comme lieux de spectacles. Petter est désigné chorégraphe de l’année 2002 par la Société des chorégraphes suédois pour son travail de modernisation de la compagnie.

Après des années de collaboration, Petter et Thomas montent leur compagnie de danse indépendante en 2005 – leur travail inclut NightlifeUnknown partnerFluxNo mans land- no lands man,The nearest nearness –, en 2002, ils reçoivent un « Goldmask » de la meilleure chorégraphie pour la comédie musicale Chess avec Björn Ulveus et Benny Andersson (ABBA).
En 2011, Petter prend la direction du CCN – Ballet de Lorraine à Nancy, avec Thomas Caley, et ils chorégraphient ensemble pour la compagnie : Untitled Partner #3, Performing Performing, Relâche, Armide, Discofoot, L’Envers, Record of ancient things, Happening Birthday. Leur projet pour le CCN convie une grande variété de talents artistiques venus du monde entier. Chaque créateur invité participe au questionnement actif d’un thème spécifique : La saison de La 12/13, Tête à tête à têtes 13/14, Live 14/15, Folk + Danse = (R)évolution 15/16 et Des plaisirs inconnus 16/17 et 50 ans ! 17/18. Pour assurer une forme d’art vivant et non fixe, ils continuent leurs recherches à travers des installations comme pour le Musée d’Art Moderne à Paris, le Centre Pompidou-Metz, ou l’initiative originale que sont les LAB-BLA-BAL, consistant en une série d’expérimentations open house art, d’ateliers et de discussions donnés au centre chorégraphique.