The Fugue

Chorégraphie : Twyla Tharp

©Arno Paul

Première le 1er Août 1970 par Twyla Tharp Dance and Dancers - University of Massachusetts, Amherst.
Entrée au répertoire du CCN – Ballet de Lorraine le 12 novembre 2015 à l’Opéra national de Lorraine.

Chorégraphie : Twyla Tharp
Remontée par Richard Colton
Lumières originales : Jennifer Tipton

13 MINUTES
3 DANSEURS

Basée sur L’Offrande musicale de Jean Sébastien Bach, The Fugue est construite autour d’un thème à vingt temps, décliné en vingt variations. Un certain nombre de renversements, d’inversions, de répétitions, de manipulations rythmiques et de « re-séquençages » viennent modifier ce thème. Chacun des trois interprètes représente un registre musical : basse, alto, soprano. La seule « musique » que l’on entend est le son des pas des danseurs sur une scène amplifiée.

The Fugue est la première œuvre créée par Twyla Tharp dans le but d’entrer dans un répertoire actif. Les pièces précédentes ont été créées en tant qu’exercices et The Fugue est le point culminant de ceux-ci.

C’est également la première œuvre de Twyla Tharp à être transmise à d’autres compagnies de danse.

Texte extrait de www.twylatharp.org

Twyla Tharp

Twyla Tharp a créé plus de cent soixante œuvres : 129 créations chorégraphiques, 12 projets pour la télévision, 6 pour des films hollywoodiens, 4 soirées complètes de ballet, 4 spectacles pour Broadway et 2 pour le patinage artistique.
Elle a reçu un Tony Award, deux Emmy Awards, dix-neuf Honorary doctorates, le Vietnam Veterans of America President’s Award, le 2004 national Medal of Arts, le Prix de Jerome Robbins en 2008 et le 2008 Kennedy Center Honor.
Elle est membre de l’Académie américaine des Arts et Sciences et membre d’honneur de l’Académie américaine des Arts et Lettres.
En 1965, elle fonde sa compagnie, la Twyla Tharp Dance. Sa danse est réputée pour sa créativité, son humour et une précision technique. En combinant différentes formes de mouvement – comme le jazz, le ballet classique, la boxe et ses propres inventions – les travaux de Twyla Tharp étendent les limites de la danse classique et de la danse moderne.

En plus de chorégraphies pour sa compagnie, elle créé des pièces pour le Joffrey Ballet, l’American Ballet Theatre, l’Opéra de Paris, le Royal Ballet, le New York City Ballet, le Boston Ballet, l’Australian Ballet, le Hubbard Street dance de Chicago, la Martha Graham Dance Company, le Miami City Ballet, le Pacific northwest Ballet, le Ballet d’Atlanta et le Royal Winnipeg Ballet.

Aujourd’hui, des compagnies du monde entier continuent de danser les pièces de Twyla Tharp.
Les travaux de Twyla Tharp apparaissent pour la première fois à Broadway en 1980 avec When we were very young, suivis par sa collaboration avec le musicien David Byrne, The Catherine Wheel et plus tard avec Singin’in the rain.
En 2002, elle crée la comédie musicale Movin’out, sur la musique et les paroles de Billy Joel. Puis, elle travaille sur la musique et les textes de Bob Dylan dans The times they are a-changing et sur les chansons de Frank Sinatra dans Come Fly Away. Au cinéma, Twyla Tharp a collaboré avec le réalisateur Milos Forman sur HairRagtime et Amadeus. Elle a également travaillé avec Taylor Hackford sur White nights et avec James Brooks dans I’ll do anything.
Ses travaux pour la télévision incluent les chorégraphies Sue’s Leg pour l’épisode inaugural de PBS, Dance in America en 1976, co-produit et dirigé par Making Television Dance. Elle a dirigé The Catherine Wheel pour la chaîne de télévision BBC et a co-réalisé l’émission spéciale Baryshnikov by Tharp. En 1992, elle publie son autobiographie Push come to shove. Elle continue à écrire The creative habit : learn it and use it for live, puis The collaborative habit : Life lessons for working together. Aujourd’hui, elle continue à créer.