Le Surréalisme au service de la révolution

Chorégraphie : Marcos Morau Dukowshka
Musique : Akira Rebelais, Benjamin Britten
Percussionniste live : Grégory Terendyj

Première le 3 mars 2016 à l'Opéra national de Lorraine

Mise en scène et chorégraphie : Marcos Morau Dukowshka
Assistants : Lorena Nogal & Ariadna Montfort
Lumière : Bernat Jansà
Costumes réalisés par l'atelier Costumes du CCN - Ballet de Lorraine
Dramaturgie : Roberto Fratini
Musique : Akira Rebelais, Benjamin Britten
Répétiteurs : Thomas Caley et Valérie Ferrando
 

35 MINUTES
16 DANSEURS + 1 MUSICIEN

 

Avec le soutien de Pro Helvetia, Fondation suisse pour la Culture

Marcos Morau a le désir de représenter le monde qui l’entoure comme un reflet de son propre univers intérieur avec son collectif La Veronal, basé à Barcelone et composé d’artistes venant de la danse, du cinéma, de la photographie et de la littérature.
En dix ans, il est devenu un des artistes les plus remarqués de la scène européenne et a reçu en 2013 le Prix national du meilleur chorégraphe espagnol.
Marcos Morau souhaite pour cette création s’inspirer des artistes du surréalisme et en particulier de Luis Buñuel. Son monde onirique, sa pensée critique et politique, son environnement culturel et sa passion du tambour, instrument très présent dans le folklore de sa région natale Bajo Aragón, seront une source d’impulsion pour cette pièce. Le tambour doit être entendu selon Marcos Morau comme un acte de pratique collective, une forme de système de communication où la diversité devient communauté, un instrument qui comme l’évoque Buñuel fait « trembler le sol sous nos pieds » et peut devenir le phénomène porteur d’une révolution. 

Marcos Morau

Marcos Morau a etudié la chorégraphie à l’Institut del Teatre de Barcelone, le Conservatorio Superior de Danza de Valencia et à Movement Research de New York, où il a obtenu la plus haute note pour son projet de fin d’études ainsi qu’un prix de l’Institut del Teatre. Il a été assistant au Nederlands Dans Theater II, et pour la Compagnie IT Dansa, dirigée par Catherine Allard. Il a étudié également la photographie et le théâtre et obtenu une Maitrise en théorie de théâtre.

En 2005, il crée La Veronal, une compagnie regroupant des artistes des champs de la danse, du cinéma, de la photographie et de la littérature. Ils recherchent en permanence de nouveaux moyens d’expressions, des références culturelles dans le cinéma, la littérature, la musique et la photographie, inventant un langage narratif fort, tourné vers la formation d’espaces artistiques mondiaux. La Veronal a créé une série d’œuvres qui prennent pour point de départ un pays ou une ville, établissant un lien entre danse et géographie. Ces œuvres ne se veulent pas des documentaires décrivant des pays directement, mais utilisent plutôt certains éléments de ceux-ci pour développer un point de vue. 

En 2013, Marcos Morau reçoit le National Dance Award du Ministre de la culture espagnol, ainsi que le prix Sebastià Gasch, accordé par la Fondation des Arts et du Design. Il a également été récompensé par la Compétition Internationale de Chorégraphie d’Hanovre, la Compétition de Chorégraphie de Copenhague, la Compétition de Chorégraphie de Madrid, Masdanza/ le Festival International de Danse des Iles Canaries. Il a reçu le prix du meilleur spectacle à Fira Tarrega pour Los Pájaros Muertos et le Prix « Butaca », décerné par le public pour la meilleure prestation de danse 2013, pour Siena.

Marcos Morau et son équipe travaillent également avec d’autres compagnies internationales. Au cours des saisons à venir, ils créeront des œuvres pour la Compagnie Nationale de Danse d’Espagne dirigée par José Martínez, le Ballet Scapino Rotterdam, Skånes Dansteater et Norrdans en Suède, le Ballet Teatres de la Generalitat Valenciana et le Théâtre Royal Danois, entre autres. La Veronal a joué dans de nombreux festivals et théâtres partout dans le monde, dont le Théâtre National de Chaillot à Paris, la Biennale de Venise, DanceSalad Festival à Houston, Temporada Alta, le Roma Europa Festival, SIDance Festival à Seoul, au Stockholm Dansens Hus et au Sadler’s Wells Theatre à Londres.