Répétition publique de la création de Latifa Laâbissi

Répétition publique de la création de Latifa Laâbissi

-

SHARE

Thu. 08 April 2021 — 19h

CCN - Ballet de Lorraine

Thu. 08 April 2021 — 19h

SHARE

Répétition publique autour de Pas assez suédois ! / Not Swedish enough! création de Latifa Laâbissi

Jeudi 8 avril 2021 à 19h au CCN - Ballet de Lorraine


Après Relâche en 2014, Petter Jacobsson et Thomas Caley ont décidé de se replonger, au cours d’une soirée unique, dans l’univers décalé des Ballets suédois – compagnie mythique qui avait ses quartiers parisiens au Théâtre des Champs-Elysées pendant les années folles – à l’occasion du centenaire de leur création. Dominique Brun, Latifa Laâbissi et Volmir Cordeiro ont été invités à s’emparer, avec eux, de ce riche répertoire pour l’acclimater à leurs propres préoccupations esthétiques.
Forts de leurs parcours, origines, générations et univers très différents, ils sauront, sans nul doute, nous faire (re)découvrir ce formidable passé dans une approche résolument contemporaine. Elle nous permettra de saisir l’audace de cette aventure artistique qui avait réussi, en son temps, à ré-enchanter son époque.



Les répétitions publiques permettent d’entrer dans l’intimité du travail entre un chorégraphe et ses danseurs. Interactives, elles s’accompagnent d’échanges avec les spectateurs.


Durée : 1 heure
Entrée libre - port du masque obligatoire
Informations et réservations auprès de la billetterie : billetterie@ballet-de-lorraine.eu / T. 03 83 85 69 08


* Horaires et dates susceptibles à des changements en fonction de l’évolution de la situation sanitaire.

-

Latifa Laâbissi

Mêlant les genres, réfléchissant et redéfinissant les formats, le travail de Latifa Laâbissi fait entrer sur scène un hors-champ multiple ; un paysage anthropologique où se découpent des histoires, des figures et des voix. 

La mise en jeu de la voix et du visage comme véhicule d’états et d’accents minoritaires devient indissociable de l’acte dansé dans Self portrait camouflage (2006), Histoire par celui qui la raconte (2008) et Loredreamsong (2010). Après Phasmes (2001), pièce hantée par les fantômes de Dore Hoyer, Valeska Gert et Mary Wigman, elle revient sur la danse allemande des années 1920 avec le diptyque Ecran somnambule et La part du rite (2012). Poursuivant sa réflexion autour de l’archive, elle imagine Autoarchive (2013), une forme performative portant sur les enjeux et les filiations de son propre travail. Dans Adieu et merci (2013), elle continue à creuser dans l’inconscient de la danse. Sa dernière création, Pourvu qu’on ait l’ivresse (2016), co-signée avec la scénographe Nadia Lauro, produit des visions, des paysages, des images où se côtoient l’excès, le monstrueux, le beau, l’aléatoire, le comique, l’effroi ... En 2016, une monographie sur l’ensemble de son travail est parue (co-édition les Laboratoires d’Aubervilliers et Les Presses du Réel). 

Latifa Laâbissi est artiste associée au Triangle – Scène conventionnée danse à Rennes et au CCN2 Centre chorégraphique national de Grenoble sous la direction de Rachid Ouramdane et Yoann Bourgeois.