Air-condition

Air-condition

-

Partage

-

Création le 20 mai 2021 à l'Opéra national de Lorraine

24 danseurs


Chorégraphie
Petter Jacobsson et Thomas Caley
Image en mouvement (vidéo), lumières
Tomás Saraceno
Musique
Eliane Radigue
Création costumes
Birgit Neppl avec l’Atelier costumes du CCN - Ballet de Lorraine
Dramaturgie
Lucie Tuma
Assistants techniques de Tomás Saraceno
Marina Höxter et Andrea Familari
Chorégraphie
Petter Jacobsson et Thomas Caley
Image en mouvement (vidéo), lumières
Tomás Saraceno
Musique
Eliane Radigue
Création costumes
Birgit Neppl avec l’Atelier costumes du CCN - Ballet de Lorraine
Dramaturgie
Lucie Tuma
Assistants techniques de Tomás Saraceno
Marina Höxter et Andrea Familari

Partage

En 1954, Yves Klein proposait un ballet intitulé La Guerre (de la ligne et de la couleur). Bien que le manuscrit soit incomplet et qu'il n'ait jamais été mis en scène, il disposait clairement d'intentions musicales, visuelles et scéniques qui étaient le reflet d'un moment de l'histoire et qui sont extrêmement pertinentes aujourd'hui encore. Sur papier, La Guerre était une grandiose manifestation scénique de ses réflexions physiques et performatives sur l'immatérialité de son art. Très influent, Klein avait une énergie créative sans borne, et était un membre actif du groupe ZERO. On le qualifiait de mystique moderne, et de créateur de l'architecture de l'air, dont les idées fantaisistes l'ont même mené à son iconique « saut dans le vide. » Si l'on considère son énergique physicalité, dans la pratique de son art comme dans son entraînement de judoka, et son intérêt pour l'éphémère, le fait qu'il ait proposé un « ballet » semble être la continuité naturelle de sa créativité.


Air – Condition puise son inspiration chez Klein, animant les idées et les concepts de l'expérience immatérielle de l'éphémère dont il était tant passionné. Il y a une pertinence actuelle et pressante dans le sujet de l'immatériel à la lumière de l'état actuel de notre société. Comment interagissons-nous avec notre environnement ? Comment peut-on rendre visible les courants, vibrations et couleurs de notre atmosphère dans notre recherche d'un monde « moins » matériel ? Les chorégraphes Petter Jacobsson et Thomas Caley, en collaboration avec l'artiste Tomás Saraceno et sur une musique d'Eliane Radigue (« L'île résonante »), veulent rendre visibles les vibrations qui nous entourent quotidiennement. Pendant toute sa carrière, Saraceno s'est interrogé dans son œuvre sur la manière dont nous pourrions habiter « l'air », à travers son intérêt pour l'élimination de notre dépendance aux carburants fossiles ou pour les systèmes complexes de construction de toile d'araignée. Nous voyons en cela l'héritage des idées et concepts transmis par Klein et ceux de sa génération. Air  condition est une nouvelle création qui réimagine les questions posées par Yves Klein en 1954. Quelles autres sensibilités sont encore tapies là dans le vide ? Sautons pour voir. 

Le projet est une collaboration avec le Centre Pompidou-Metz et son exposition Le ciel comme atelier.


Librement inspiré de La Guerre (de la ligne et de la couleur) d’Yves Klein

Production du CCN - Ballet de Lorraine en collaboration avec le Centre Pompidou-Metz dans le cadre du projet Artiste Associé.


Photos  © Laurent Philippe

-

Petter Jacobsson et Thomas Caley

Une équipe créative

Les chorégraphes et danseurs Petter Jacobsson et Thomas Caley ont commencé à collaborer ensemble dans les années 90. Ils ont créé des œuvres pour Martha@Mother, le Joyce Soho de New York et l’opéra Staden à l’Opéra royal de Stockholm, une commande pour la programmation de la Capitale culturelle de l’Europe 1998. Pour l’Opéra, ballet et orchestre royal de Stockholm, ils ont créé deux immenses Happenings, In nooks and crannies 2000 and 2001 (Coins et recoins 2000 et 2001). Ces projets occupaient des espaces de représentations non-traditionnels dans tout le théâtre.

En 2005, ils fondent leur propre compagnie qui donnera des œuvres telles que Nightlife, Untitled partner, Flux, No mans land - no lands man, The nearest nearness. Ils reçoivent un « Goldmask » en 2002 pour la comédie musicale Chess (Echecs) avec Björn Ulveus et Benny Andersson (ABBA).

Depuis 2011, Petter est chorégraphe et Directeur général, et Thomas chorégraphe et Coordinateur de recherche du Centre chorégraphique national – Ballet de Lorraine, à Nancy. Pour cette compagnie, ils ont créé : Untitled Partner #3, Performing Performing, Relâche, Armide, Discofoot, L’envers, Record of Ancient Things, Happening Birthday et For Four Walls.

Chaque année ils invitent un large éventail d’artistes français et internationaux à venir explorer et jouer avec les questions et thèmes qui définissent leur programmation.

La programmation de leur première saison en 2012 était intitulée La saison de La. Ils se sont demandés pourquoi on dit « le » ballet et « la » danse ? En réponse à cette question touchant au genre, ils n’ont présenté uniquement que des femmes chorégraphes issues de milieux différents. La saison Tête à tête à têtes était un dialogue axé sur la modernité et ses influences et connexions avec les artistes contemporains et les spectateurs. Live ! était une célébration de la nature éphémère des arts de la scène. Tout comme lors de leurs saisons précédentes, Folk + Danse = (R)évolution, Unknown Pleasures (Plaisirs inconnus), 50 ans ! et Fifty Plus, tous ces artistes continuent de contester, de célébrer et de remettre en question le sujet de la saison, y compris celui de notre nouvelle saison 19/20, Useless Beauty (Inutile beauté). Afin d’assurer un usage vivant et changeant de leur art, ils ont également travaillé avec le Musée d’art moderne de Paris, ainsi que le Centre Pompidou-Metz et le Centre Pompidou de Paris. Ils organisent aussi les LAB BLA BAL, une série de discussions et rencontres informelles autour de la danse.

Né à Stockholm, Petter Jacobsson commence la danse dès l’âge de trois ans et poursuit ses études à l’École du Ballet royal de Suède, la School of American Ballet avec Stanley Williams et obtient en 1982 son diplôme à l’Académie de ballet Vaganova à Saint-Petersbourg. Danseur Etoile au Sadler’s Wells Royal Ballet à Londres de 1984 à 1993, il voyage à travers le monde aussi bien en dansant les grands rôles classiques, qu’en se produisant en tant qu’artiste invité avec de nombreuses compagnies internationales.En 1993, il s’installe à New York où il commence une carrière de danseur indépendant en travaillant avec la Twyla Tharp Dance Company, le Merce Cunningham Repertory Group, Irene Hultman Dance, et plus tard avec Deborah Hay. En 1999, Petter est nommé Directeur artistique du Ballet royal de Stockholm.

Thomas Caley commence son apprentissage de la danse à l’Interlochen Arts Academy du Michigan. Il poursuit son éducation et obtient son BFA au Purchase College, dans l’Etat de New York, en 1992. Après l’obtention de son diplôme universitaire, il passe une année à expérimenter et à danser dans de nombreux projets new-yorkais indépendants. De 1993 à 2000, il est membre de la Merce Cunningham Dance Company avec qui il tourne dans le monde entier et participe à la création de douze nouvelles pièces. En 2000, il s'installe à Stockholm pour poursuivre sa collaboration avec Petter Jacobsson, et début une carrière de danseur freelance en Europe. En France, il travaille notamment avec Boris Charmatz sur 50 ans de danse et Flip book